On fait tous des fautes d’orthographe, de grammaire ou autre lorsque l’on rédige de nombreux articles. Il peut s’agir d’étourderies ou de plus profondes lacunes concernant l’orthographe et la grammaire.

C’est pourquoi je vous propose quelques explications à propos de quelques fautes courantes et couramment observées. Non pas que je me prenne pour un « Bescherelle »…

Correcteur d’orthographe ou non ?

Je les conseille tout de même, mais avec un gros bémol : il est indispensable que vous vérifiiez votre texte et que vous le relisiez vous-même ! Les correcteurs sont pratiques pour gagner du temps, corriger automatiquement certaines fautes ou corriger des problèmes d’orthographe pure sur certains mots compliqués…

Pour autant, il faut comprendre que, la plupart du temps, un correcteur automatique ne saura pas indiquer une faute lorsque deux mots écrits de la même façon existent ! Par exemple : si vous écrivez « la poule couvent », le correcteur sera incapable de souligner « couvent » car le mot existe bien alors que la faute est bien réelle !

Verbe conjugué ou non (infinitif) é/er

Cette faute-là est particulièrement courante et, celle-là non plus, nos logiciels de traitement de texte ne les soulignent pas automatiquement. La règle est simple : lorsque le verbe est conjugué, ses terminaisons sont « é », « ée », « ées » ou « és », mais jamais « er » (pour un verbe du premier groupe évidemment) ; lorsqu’il ne l’est pas, il se terminera automatiquement par « er » (infinitif). Pour une fois qu’il n’y a pas d’exception !

Exemple :

« J’ai mangé » et non pas « j’ai manger » !

« Je vais marcher » et non pas « je vais marché » (ou alors « je vais au marché », mais ce sera le substantif et non le verbe…

« Tu sembles fatiguée » (pour une fille) et non pas « tu sembles fatiguer »

Les auxiliaires « être » et « avoir » définissent l’utilisation d’un temps spécifique, un temps composé de l’auxiliaire et du verbe en « é », « ée », « és » ou « ées » (selon s’il y a accord ou non), le plus souvent le passé composé. Attention, les verbes d’état, autres que « être », sont les suivant : paraître, sembler, devenir, demeurer et rester.

« é », « ée », « ées » ou « és » ? Les accords verbaux

Maintenant que l’on a écarté la question des terminaisons de l’infinitif, quelle autre terminaison utiliser ? Avec le verbe « être » ou les verbes d’état ci-dessus, le participe passé s’accorde toujours avec le sujet.

Exemple :

Les filles sont habillées

Les filles paraissent habillées « é » pour un masculin singulier, « ée » pour un féminin singulier, « és » pour un masculin pluriel et « ées » pour un féminin pluriel (pour des verbes du premier groupe, bien sûr).

Avec le verbe « avoir », le participe passé ne s’accorde jamais avec le sujet sauf dans le cas où le COD est placé avant lui dans la phrase. A ce moment-là, il s’accordera avec le COD et non le sujet.

Exemple :

Les filles ont mangé

Les légumes que les filles ont mangés (légumes est masculin, mais ici au pluriel)

Les « s » oubliés et les accords nominaux

Pas de quoi faire un pataquès de ça, mais il est courant de voir des oublis d’accords nominaux dans un article sur le web… Souvent des étourderies et, comme je l’ai dit, il est tout à fait possible que vos logiciels de traitement de texte ne les soulignent pas…

Autres fautes courantes

a/à

Peut-être bien la plus courante, celle-là… Le « a » sans accent est la forme de la 3ème personne du singulier du verbe avoir, c’est donc un verbe conjugué alors que le « à » est une préposition adverbiale du type « à Paris », « à son tour », « à demain »…

ou/où

La confusion entre cette conjonction de coordination (mais, ou, et, donc, or, ni, car) et le pronom relatif ou interrogatif « où » est elle-aussi assez courante…

on/ont

« On » sans « t » est le pronom impersonnel de la 3ème personne du singulier ; attention, s’il est l’équivalent d’un « nous », au point de vue sémantique, il doit être conjugué comme un « il » au singulier, d’un point de vue grammatical, donc !

« Ont » est alors la forme verbale de la troisième personne du pluriel du verbe avoir, à l’indicatif présent. Une forme verbale à ne pas manquer !

Et comme, en français, une phrase sans verbe conjugué n’est pas possible, sauf dans certains cas impératifs, si vous mettez un « on » à la place d’un « ont », votre phrase entière n’aura plus de sens pour le lecteur !

Quelques rappels qui font toujours du bien et qui ont le mérite de nous faire comprendre à tous qu’une relecture de sa prose, même sur le web, est impérative !

Une orthographe et/ou une grammaire correcte a une certaine importance pour un bon nombre de personnes. Pour d’autres, elle en a moins. Doit-on se passer d’une certaine visibilité pour seulement quelques erreurs facilement évitables ? Non, probablement pas !