Voilà une prestation, un travail aussi « flou » qu’indispensable. Acheter ? Échanger ? Obtenir ? Quels sont les mots qu’il faut utiliser et quelles sont les prestations des agences de netlinking ?

Si je me suis réveillé avec l’idée d’écrire un billet sur le sujet (je fais partie de ces gens qui pensent la nuit et travaillent le jour), c’est que tout prestataire en référencement est confronté à ce genre de questions :

Combien de liens allez-vous obtenir ?

Sur quel site vais-je être présent ?

Est-ce que vous achetez des liens ?

Est-ce que vous obtenez des liens de sites à fort Pagerank ?

Comment puis-je être certain que vous êtes une agence de netlinking sérieuse ?

Bref, des questions qui résument assez bien le flou qui entoure le métier, amplifié par des prestations type « 10 000 liens en 24h pour 5€ ».

Quelles sont les différentes prestations de netlinking qui existent ?

Il existe autant de techniques de référencement que de référenceurs. Le référencement est un grand couffin où l’on regroupe différents critères qui, plus ils sont nombreux, mieux notre site Internet est référencé. Cela signifie également qu’il est possible de se passer de certains critères, tout en améliorant sa visibilité sur Google.

Transposé au netlinking, nous pouvons obtenir des liens de différentes qualités, de différents types de sites, à différents emplacements … Tout en améliorant notre référencement dans tous ces cas de figure. Regrouper un maximum de critères ne signifie donc pas « avancer » mais « avancer plus vite ». Je me dois de le signaler avant de passer à la suite pour éviter les « oui mais moi j’ai fait comme ceci, et ça a quand même amélioré mon référencement ! »

1. Les prestations automatisées

Je ne vais pas faire un énième procès du Black Hat SEO mais en parler de façon objective et dépassionnée.

Obtenir des liens et générer du contenu de façon automatisée peut être très efficace si la prestation est réalisée par un vieux chapeau noir rodé au métier. Le problème est d’avoir, dès lors qu’on fait appel à ce type de services, une épée de Damoclès au-dessus de la tête.

Pour résumer, je dirais que ce type de prestations convient parfaitement à un besoin de visibilité immédiate (événementiel par exemple) et non durable (c’est le cas du E-commerce). A l’inverse, quel entrepreneur ne se soucie pas du développement de son entreprise sur le long terme ? Il s’agit d’une question d’évaluation des risques : « Jusqu’où êtes-vous prêt à aller pour être visible plus rapidement ? »

2. Les prestations de « liens gratuits »

Annuaires, communiqués de presse, réseaux sociaux, commentaires, forums … Il y a de nombreuses sources de liens gratuites possibles. Cette catégorie de prestations SEO se contente de ces liens, souvent en grande quantité mais de façon manuelle (rédaction et publication).

Aujourd’hui, tout le monde peut publier du contenu et obtenir des liens sur des plateformes gratuites. Cela devient pratiquement le niveau de concurrence de base. Suffisant dans certains secteurs mais insuffisant dès que le niveau de concurrence devient important.

A mon sens, s’il s’agit uniquement d’obtenir des liens d’annuaires, nul besoin de faire appel aux services d’une agence de référencement. Cette dernière doit jouer un rôle plus important en intégrant ce type de liens dans une stratégie globale.

3. Les prestations d’échanges de liens

Cette pratique était déjà présente il y a dix ans (On fait un échange de liens ?). Certains prestataires vous proposent de vous trouver des partenaires pour différents types d’échanges de services liés au SEO et au Webmarketing en général : échange de liens, échange d’articles, Guest Blogging, organisation de concours …

Si Google permet encore aux webmasters de réaliser des échanges de liens, il faut que cela reste dans un cadre naturel pour l’internaute. Autrement dit, si vous avez une boutique de produits de beauté, et que votre prestataire vous propose un échange avec un site de Forex, alors vous pouvez (sérieusement) douter des compétences de votre prestataire. Mais vous avez tout à fait le droit de lier des partenariats avec des sites proches ou complémentaires à votre thématique. Une telle prestation est utile, mais toujours insuffisante à elle seule.

4. Une stratégie de netlinking (le netlinking que nous pratiquons)

Loin de nous jeter des fleurs, je souhaite simplement parler de notre façon de faire (n’hésitez pas à parler de la votre en commentaires), de ce que nous faisons au quotidien.

Tous les liens ne se valent pas, évidemment. Mais le monde n’est-il pas fait de bon et de moins bon (voir de pire ). Notre logique (qui est également celle de pas mal de référenceurs) est basée sur un profil de lien varié où cohabitent différents niveaux de qualité de liens. Pour cela, nous utilisons trois types de plateformes par ordre de qualité :

Les sites/blogs : des liens intégrés dans du contenu rédactionnel de sites de même thématique que le site à référencer.

Les communiqués de presse : des liens de moindre qualité, certains sites de CP restent tout de même efficaces (s’il n’ont pas encore été pénalisés ), Le nôtre, faistacom.com en fait partie.

Les annuaires : il en faut un sacré paquet pour en voir l’impact, mais dans la logique précédemment citée (un profil de liens naturel), les liens d’annuaires remplissent la case « liens de moins bonne qualité ».

Quant aux liens de type commentaires, liens de forums … nous estimons que c’est le rôle du porteur du projet, ou du chargé de communication de faire ce job. Même s’ils restent utiles pour le référencement, cela ne doit pas être « une décharge de liens » sans autre intérêt. En postant des commentaires, on se doit de le faire de façon utile pour améliorer sa réputation et ne pas risquer d’être catégorisé « Spam maker ».